Avec la sortie de l’Ultimate Edition de Control et mes bonnes expériences avec les précédentes créations de Remedy, je me suis laissée tenter par cette nouvelle aventure.

Il faut dire que les finlandais ont enchaîné les succès que ce soit Alan Wake, Max Payne ou Quantum Break, on y retrouve le même charme, la même ambiance, une narration toujours très soignée et un savoureux mélange de mystères, mais qu’en est-il alors avec leur nouveau TPS, Control ?

ÉditeurDéveloppeurSupports
35,03€
13 nouveaux à partir de 33,45€
dernière mise à jour le 28 novembre 2021 10 h 24 min
Amazon.fr
42,14€
8 nouveaux à partir de 42,14€
1 used from 37,47€
dernière mise à jour le 28 novembre 2021 10 h 24 min
Amazon.fr
Dernière mise à jour le 28 novembre 2021 10 h 24 min

Jesse Faden alors qu’elle passe les portes du Bureau Fédéral de Contrôle à la recherche de son frère se retrouve embarquée dans une affaire aussi sombre que mystérieuse. Alors que l’accueil semble vide, un mystérieux concierge la guide vers un ascenseur. En descendant, elle découvre que les bureaux sont jonchés de corps inertes, certains à terre et d’autres dans les airs. Quelques survivants subsistent, lui indiquent qu’elle est désormais la nouvelle Directrice de l’établissement et qu’elle doit les aider à faire face à une force mystérieuse, le Hiss.

Pour parvenir à contrer cette force, la jeune femme pourra compter sur son arme, un pistolet étrange qu’elle pourra améliorer au fil du jeu en récupérant des ressources et des pouvoirs de télékinésie qui lui donneront la possibilité de se déplacer dans les airs, d’effectuer un dash, de déplacer des objets dans les airs, etc.

Il est d’ailleurs possible de passer à côté de certains de ces pouvoirs puisque les dédales de couloirs, les nombreux escaliers et les diverses pièces cachées constituent un véritable labyrinthe. Le joueur peut toutefois s’aider de sa carte ou des indications fléchées qui sont affichées dans les nombreux recoins du jeu. L’apparition des ennemis aidera aussi le joueur à comprendre par où se diriger. L’ascenseur viendra compléter la carte et permettra au fil du jeu de débloquer de nouveaux étages et donc des nouvelles zones à visiter c’est à dire surtout des nouveaux niveaux. Enfin et en complément, le badge de Jesse permettra petit à petit de gagner des nouveaux niveaux d’accès et donc d’accéder à des pièces qui regorgent bien souvent de ressources et de collectibles. Bizarre pour une Directrice de ne pas avoir directement le plus haut niveau d’accès avec son badge !

Les collectibles ne manquent pas et si l’histoire est très floue, de bout en bout, le fait de passer un peu de temps pour lire les documents trouvés en quantité de toute part de la carte permettront de mieux comprendre où veut en venir le studio, mais très honnêtement ils sont extrêmement nombreux, trop et personnellement je veux jouer surtout.

Control a d’ailleurs certainement le scénario le plus flou créé par Remedy. Je n’ai pas accroché comme c’était le cas avant avec toutes leurs précédentes créations du studio, mais j’avais surtout envie d’en savoir plus, de comprendre certains éléments narratifs et c’est surtout ce qui m’a poussé à relancer le jeu et à le finir ! Peut-être devrais-je me pencher un peu plus sur les documents trouvés, mais encore une fois ils sont bien trop nombreux. De plus, je n’ai eu aucun attachement envers les personnages qui n’ont tout simplement aucun charisme et la VF n’y aide pas, dommage !

En fait, le vrai plaisir de Control repose sur les phases de réflexion, pas très complexes, mais bien emmenées et jamais répétitives ainsi que les combats qui peuvent toutefois s’avérer pour eux beaucoup plus répétitifs. On prend un réel plaisir à prendre des morceaux de mur, des éléments du décor et à les envoyer contre les ennemis ou même à retourner des ennemis les uns contre les autres. Quand le joueur aura assez de points pour recharger au maximum certaines compétences, il en deviendra presque immortel et le pistolet sera rapidement relayé au second plan.

Pour parcourir l’ensemble du jeu et enfin entrevoir la fin de l’histoire il faudra compter un peu plus d’une dizaine d’heures. Plus du double seront nécessairse pour parvenir à compléter le jeu à récolter l’ensemble des collectibles.

Conclusion

Si je devais comparer l’ensemble des jeux Remedy, Control est ma plus grosse déception, mais le jeu n’est pas mauvais, loin de là. On prend un réel plaisir à switcher entre les armes et les pouvoirs de Jesse lors des combats où au final la seule super-puissance en présence c’est le joueur qui peut facilement se débarrasser de ses ennemis. Si on y ajoute l’environnement et l’ambiance, Control a tout pour être un bon jeu, mais il compte aussi quelques imperfections qui en font vite un jeu répétitif avec une formule déjà vue et un scénario qui tarde à donner des réponses.

  • Control pour qui ? Les fans de TPS et des jeux Remedy.

Test du jeu effectué sur PC via une clé envoyée par l’éditeur.

Points positifs

  • Les quelques phases de réflexion
  • Les pouvoirs de télékinésies
  • L’ambiance et l’environnement

Points négatifs

  • Quelques bugs
  • Trop de collectibles
  • Manque de charisme des personnages et VF très moyenne
  • Répétitif à souhait
35,03€
13 nouveaux à partir de 33,45€
dernière mise à jour le 28 novembre 2021 10 h 24 min
Amazon.fr
42,14€
8 nouveaux à partir de 42,14€
1 used from 37,47€
dernière mise à jour le 28 novembre 2021 10 h 24 min
Amazon.fr
Dernière mise à jour le 28 novembre 2021 10 h 24 min
Margxt
Margot 30 ans. Blogueuse depuis 2012. Je voyage beaucoup et je travaille dans la communication dans l'industrie des jeux vidéo.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Consulter plus dans :Actualités