J’ai joué à The Rogue Prince of Persia en accès anticipé

Margxt

(… et je suis toujours aussi cruellement nulle). Après un accès anticipé décalé pour ne pas se confronter à Hades 2, The Rogue Prince of Persia est sorti le 27 mai en accès anticipé. Derrière ce titre qui a réussi à éviter les leaks et qui est apparu comme une bonne surprise il y a Evil Empire, le studio Bordelais derrière la reprise du développement de Dead Cells et Ubisoft l’éditeur des jeux Prince of Persia dans lequel s’inscrit ce nouvel opus.

Vous aimez l’univers de Prince of Persia et le gameplay de Dead Cells ? Bienvenue dans The Rogue Prince of Persia ! Il suffit de prendre en main le jeu quelques secondes pour se rendre rapidement compte que ce nouvel opus est très similaire à son grand frère, mais avec une direction artistique repensée et des personnages issus de l’univers de Prince of Persia. Est-ce qu’au final il ne s’agit pas simplement d’un reskin de Dead Cells ? On est tenté d’un côté de dire oui et de l’autre pas totalement puisqu’ici le jeu est aussi pensé pour être un platformer et que pour répondre aux besoins de la série et respecter son univers, notre Prince se déplace rapidement, avec beaucoup d’agilité.

Comme son nom l’indique, ce nouvel opus est un roguelite (ou Rogue-like) et pour celles et ceux qui ne sont pas habitués au genre, il s’agit d’explorer un donjon dont les niveaux sont générés aléatoirement, ici divers paysages de la Perse et d’y combattre des ennemis, les Huns. Le jeu s’articule surtout autour d’une boucle puisque le joueur est amené irrémédiablement à mourir, à réapparaître dans un campement, dans notre jeu une oasis.

Et les morts en boucle, c’est forcément très frustrant, mais le joueur apprend de ses erreurs et à force de progression. Dans l’ensemble cette progression et gênée par un élément, le fait de ne pas sauvegarder les objets obtenus dans les niveaux si la mort survient, ce qui parfois donne le sentiment de tourner en rond et de ne pas trop avancer.

Le jeu est extrêmement punitif, les morts c’est aussi l’occasion de découvrir des nouvelles techniques pour se débarrasser de ses adversaires comme le chassé du pied qui permet d’envoyer un ennemi en arrière directement dans des pics. Car nos ennemis les huns ont profité d’une erreur du Prince de Perse pour envahir la Perse et s’attribuer une magie noire chamanique qui leur offre toujours plus de puissance. Ainsi si certains sont assez basiques dans leur approche, d’autres ont des armes à distance et des boucliers qui sont vraiment une purge tant il est parfois difficile de s’en débarrasser quand les ennemis chassent en groupe !

Outre les lueurs d’esprits qu’il faut penser à sécuriser pour ne pas les perdre et qui permettent de forger des nouvelles armes dans l’oasis, les pièces qui permettent d’acheter des armes, des potions et des médaillons dans les boutiques itinérantes que vous croiserez, vous aurez aussi l’occasion de récupérer des médaillons dans les niveaux. Ces artefacts ont des effets variés. Vous pouvez aussi bien en acheter qu’en looter dans des coffres comme un grand nombre de ressources, mais surtout vous ne pouvez en posséder que 4 qu’il est toutefois possible d’améliorer. Il faudra jongler avec les emplacements et les médaillons pour arriver à avoir une combinaison d’effets qui vous correspondent. en effectuant une action donnée, ils permettent de récupérer des pièces, de la résine, d’infliger des dégâts supplémentaires, de récupérer des points de vie, etc.

Vous croiserez dans les niveaux tout un tas de PNJ. Certains vous donneront des quêtes, d’autres vous permettront d’acheter des objets ou d’améliorer vos armes. Enfin il y a les boss, dont Berude, le premier du jeu un Minotaure vif qui lance des rochers et fait apparaître des pics au sol. Si vous n’avez pas le stuff, les médaillons et la vie nécessaire, vous allez vous faire atomiser.

La direction artistique de cet opus se concentre autour de la 2D des environnements et des personnages colorés, majoritairement dans des tonalités mauves et rouges et c’est honnêtement très réussi. Les animations sont fluides, notre héros se déplace avec beaucoup d’aisance et d’agilité ce qui se traduit aussi bien dans les gesticulations de ce dernier. Il n’est pas question ici de donner un résultat réaliste, mais plutôt de proposer une variante plus comics et ça fait mouche, j’adore, d’autant plus l’arrière plan.

On peut aussi très largement parler de la bande originale du jeu, qui est tout simplement sublime ! Les musiques sont envoutantes, parfois accompagnées du son des vagues, de guitare et de voix féminines. Des musiques aux inspirations Perses sans nul doute auxquelles on mêlera des sonorités de notre époque, plus électronique. C’est signé ASADI, c’est un réel plaisir pour les oreilles et une véritable œuvre en soit qui mériterait un vinyle comme Ubisoft Music sait très bien nous proposer depuis plusieurs années maintenant.

Si le jeu est encore en accès anticipé c’est largement compréhensible. Si le titre est plein de promesses, il manque encore de contenu. Il ne fait aucun doute que Evil Empire qui a largement contribué au succès de Dead Cells saura en faire un jeu complet, moins répétitif et peaufinera certains détails à force de mises à jour et de retours des joueurs ! Pour un accès anticipé, The Rogue Prince of Persia repose en tout cas sur des bases très solides !

Disclosure: I received a free review copy of this product from https://www.keymailer.co

De Margxt
Suivre :
Margot 32 ans. Blogueuse depuis 2012. Je voyage beaucoup et je travaille dans la communication dans l'industrie des jeux vidéo.
Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.